Neo Rétro - Vintage

 

Neo retro 1

Intercepteur classic

BMW 1200 Nine-T Racer

Cliquez sur l'image pour la visualiser en grand format

 
BMW

BMW 1200 Nine-T Racer 2019

Sportive
Fiche créée le 07/07/2018
BMW 1200 Nine-T Racer

          En 2019, la 1200 Racer s'offre un peu de technologie avec l'apparition en série du 'Dynamic Brake Light', un système d'éclairage actif du freinage pour avertir les suiveurs de l'intensité du ralentissement. Un petit plus pour la sécurité, et seul changement pour le nouveau millésime.
Seul ? Pas tout à fait. Un nouveau coloris 'Spezial' pointe son nez dans le rayon des options. Une jolie combinaison de noir et d'or, offrant à cette NineT une sacrée profondeur. Et valoriser un peu plus sa philosophie.
Quitte à s'engouffrer dans le néo-rétro, autant y foncer tête dans la bulle et poignée dans le coin. BMW excelle dans le domaine. Puisant dans le succès de la NineT depuis 2014, la gamme Heritage compte pas moins de 5 modèles désormais. La 1200 NineT originelle, la Scrambler, la Pure, l'Urban G/S, et pour se la jouer sportive, la Racer. Messieurs du Joe BAR Team et arsouilleurs des années 70, votre descendance est là.

          On connaissait l'énorme force de frappe de BM et son coté exécutif avec la violente S 1000 RR. Avec la NineT 1200 Racer, c'est une autre mélodie. On assiste à la renaissance du sport façon autrefois. Et quelle gueule ! Pas besoin de rajouter du sel ou des épices, le plat se présente de la plus belle façon. Du charme saisissable, un coloris maculé qui vous interpelle, une éclaboussure de peinture de guerre pour honorer le département course BMW Motorsport, et on plonge dans l'ambiance. Cette Racer fait revivre la belle période des motos de course des seventies, songe en filigrane à la R 90 S, et nous rappelle le concept Ninety présenté en 2013. On se doutait que cette étude de style aboutirait à une suite...

          Une tête de fourche à l'ancienne, un capot de selle, une déco racing - vous voila au diapason de la sportive old-school. Résumé ultra-court de la situation qui ne permet que d'apercevoir la 1200 Racer. Sous cette robe, les dessous techniques sont ceux de la NineT Scrambler, avec un empattement raccourci et des chaussures plus routières. Mais avant de revenir sur la technologie, faisons le tour de la meule pour découvrir ses spécificités.

          Car un jeu d'habillage ne serait que trop léger pour se justifier. La BMW a soigné quelques éléments pour tenir un certain rang. Dont une position de conduite qui se doit d'être typée. La NineT Racer allonge son pilote avec une paire de commandes reculées et des bracelets fusionnant avec le té de fourche supérieur. Une belle pièce en alu forgé, ajourée entre la colonne et les tubes de fourche. Pour compléter l'esprit et soulever l'égoïsme, l'arrière se complait dans la transformation. D'origine, la selle est monoplace, complétée du capot de selle en aluminium. Comme c'est une NineT, le bâti arrière est composé d'un cadre passager démontable ; il est ainsi possible de monter en sus l'attirail pour embarquer un passager. Ou de laisser libre court à votre imagination pour élaborer une poupe personnalisée.

          Nous n'aurons pas droit à des bocaux sport pour les liquides de frein et d'embrayage. Pour se consoler, l'instrumentation tape dans le vintage ; et c'est plaisant. De toute façon, un cockpit façon airbus n'aurait pas sa place ici. L'analogique est à l'honneur, avec deux beaux compteurs ronds et deux aiguilles pour surveiller la vitesse et le régime moteur. Le reste, on s'en fout quand le plaisir à fait fuir tout autre considération. Mais si le retour à la réalité vous ramène aux infos de bord, chaque instrument se charge d'une fenêtre digitale. Tout de même pratique pour vérifier l'heure, le rapport enclenché, l'autonomie restante, le kilométrage journalier, l'intervalle de maintenance ainsi que la vitesse et la consommation moyennes.

          Une machine à la sauce néo-rétro, c'est plus ou moins la technologie d'aujourd'hui avec l'extase d'autrefois. Et quand on voit le train avant de NineT Racer, on peut laisser le doute s'installer. Est-ce faire preuve de suffisance que d'installer une fourche classique sur moto racée comme elle ? Une modèle inversée affirmerait bien plus la sportivité de l'engin ! Des étriers radiaux seraient aussi de mise. Mais...... ne serait-ce pas trahir l'esprit du vintage ? Une moto suscitant la passion d'antan ne doit-elle pas, à juste titre, s'équiper avec justesse des solutions semblables à l'époque qu'elle cautionne ?
La liberté permet ce genre d'interrogations, de débats, de légèreté ou d'ouverture. Car si l'on s'en tenait aux faits, on ne verrait qu'un souci d'économie. Laissons chacun juger ; autorisons tous à saisir cette fourche classique de 43 mm. Ni inversée, ni Telelever, juste adéquate pour tenir des étriers de frein axiaux à 4 pistons. A l'arrière, on retrouve le traditionnel Paralever à cardan. Profitez-en pour jauger du duo de couleur apposé sur les parties mécaniques : du noir pour le monobras oscillant, les fourreaux de fourche, les jantes, les leviers et le moteur – du gris ou du métal pour les couvre-culasses, les tubes du cadre et les commandes au pied.

          Que ce soir pour la première moto de la marque (R32), la précitée R90S ou notre NineT Racer, la mécanique reste fidèle à ses fondamentaux : un bicylindre Boxer à plat refroidi par air. Pour rester dans le rétro et s'éviter tout un bazar de durites et de radiateur pour la flotte, on ne trouvera pas ici la dernière génération de flat-twin. Honneur à l'éprouvé 1170 cm3 et ses 110 chevaux. Il a ce qu'il faut pour s'amuser et étaler le minimum syndical de technologie : injection, normes Euro4, double ACT, 4 soupapes par cylindre, boite 6 et un beau couple maxi de 11.8 mkg. De quoi donner du rythme, avec l'allure et l'intrépidité d'un café-racer. Il y aurait presque de quoi se présenter aux cotés d'une HP2 Sport... mais juste se présenter.
La ligne d'échappement y va du sien pour terminer la panoplie. Pas de double silencieux comme sur les autres NineT ; juste un bazooka à l'ancienne, comme il se doit d'être.

          Avec cette Racer, BMW complète habilement sa gamme Heritage avec une sportive revival. Elle ne s'encombre pas de la pléthore d'équipements des missiles actuels ; simplement de l'ABS, et d'un antipatinage en option. Cependant, elle tape moins dans le premium que la NineT standard. Pas de fourche inversée, un réservoir en acier au lieu de l'aluminium, des jantes à rayons en option. Mais BMW a tout prévu pour les portefeuilles garnis : une liste d'options digne d'un sortie cinéma – entre le ticket et le film, on sera bien tenté par du pop-corn, une glace et un coca. Ou plutôt du Slim, des Raider et un Mikojet.

L'aspect technique de la

BMW 1200 Nine-T Racer 2019

BMW 1200 Nine-T Racer
  • Chassis :
  • Cadre : Treillis en tubes d'acier avec moteur porteur
  • Réservoir : 17 litres
  • Hauteur de selle : 805 mm
  • Longueur : 2105 mm
  • Largeur : 920 mm
  • Empattement : 1491 mm
  • Poids en ordre de marche : 220 kg
 
  • Train avant :
  • Fourche téléscopique Ø 43 mm, déb : 125 mm
  • 2 disques Ø 320 mm, étriers 4 pistons
  • Roue AV : 120 / 70 - 17"
 
  • Transmission :
  • Boite à 6 rapports
  • Transmission secondaire par cardan
 
  • Train arrière :
  • Mono-amortisseur et Paralever, déb : 120 mm
  • 1 disque Ø 265 mm, étrier 2 pistons
  • Roue AR : 180 / 55 - 17"
 
  • Moteur :
  • Bicylindre à plat, 4 temps
  • Refroidissement : Refroidissement air/huile
  • Injection Ø 50 mm
  • 2 ACT
  • 4 soupapes par cylindre
  • 1170 cc (101 x 73 mm)
  • 110 ch à 7750 tr/min
  • 11.8 mkg à 6000 tr/min
Ce qu'il faut retenir de la

BMW 1200 Nine-T Racer 2019

Les plus
  • Sportive vintage
  • Boxer plaisant
Les moins
  • Positionnement moyen de gamme
  • Confort relatif à la position de conduite

 

 

JAWA 350 OHC Style : de l’histoire et du style

L’iconique marque tchèque Jawa, étoffe sa gamme d’une version café-racer de son petit et économe monocylindre “OHC 350”.

Jawa 350 OHC Syle

Tonitruante sur les circuits dans les années 50/60, la marque Jawa se fait aujourd’hui plus discrète sur les routes.

Pourtant, l’année dernière les tchèques nous dévoilaient la “Jawa 350 OHC“, une machine 4-temps de petite cylindrée dédiée au marché européen. Construite sur une base moteur chinoise d’origine Shimeray, elle même calquée sur les plans de l’indestructible bloc Honda XR400, elle s’habille sexy dans cette version plus affriolante, justement nommée “Style“. L’évolution se limite à ce nouveau sobriquet et à un nouveau carénage.

Pour les intéressés, il n’y a plus qu’à trouver un importateur ou à contacter directement la marque sur leur site web.

Jawa 350 OHC Style, en bref :

  • 397 cc
  • 4-temps
  • 24 chevaux
  • 167 kg
  • Euro4
  • Réservoir de 16 litres
  • Freinage : 1 disque à l’avant
  • ABS
  • Tarif environ 4000€

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site