MOTO GP 2018

 

Comparatif vintage retro 2

 

 


Saison MotoGP 2018

Date Grand Prix Circuit
18 mars  Qatar Losail
8 avril  Argentine  Termas de Río Hondo
22 avril   Amériques Austin
6 mai  Espagne Jerez
20 mai  France Le Mans
3 juin  Italie Mugello
17 juin  Catalogne Barcelone
1er juillet  Pays-Bas Assen
15 juillet  Allemagne  Sachsenring
5 août  République Tchèque Brno
12 août  Autriche  Red Bull Ring
26 août  Grande-Bretagne annulé
9 septembre  Saint-Marin Misano
23 septembre  Aragón  MotorLand Aragón
7 octobre  Thaïlande Buriram
21 octobre  Japon Motegi
28 octobre  Australie Phillip Island
4 novembre  Malaisie Sepang
18 novembre  Valence

Valence

 

 


 

 

Le Champion du monde 2018 sait que sa capacité à se montrer compétitif sur l'ensemble des circuits a joué en sa faveur face à la concurrence. Au final, il ne retient qu'un point faible ayant légèrement assombri son parcours cette année, bien peu au regard de sa formidable régularité.

 

 

Pilotes

Pos. Pilotes Points Qatar Argentina United States Spain France Italy Spain Netherlands Germany Czech Republic Austria United Kingdom San Marino Spain Thailand Japan Australia Malaysia Spain
1 Spain Marc Márquez 296 20/2 - 25/1 25/1 25/1 - 20/2 25/1 25/1 16/3 20/2 - 20/2 25/1 25/1 25/1 - - -
2 Italy Andrea Dovizioso 194 25/1 10/6 11/5 - - 20/2 - 13/4 9/7 25/1 16/3 - 25/1 20/2 20/2 - - - -
3 Italy Valentino Rossi 185 16/3 - 13/4 11/5 16/3 16/3 16/3 11/5 20/2 13/4 10/6 - 9/7 8/8 13/4 13/4 - - -
4 Spain Maverick Viñales 155 10/6 11/5 20/2 9/7 9/7 8/8 10/6 16/3 16/3 - 4/12 - 11/5 6/10 16/3 9/7 - - -
5 United Kingdom Cal Crutchlow 148 13/4 25/1 - - 8/8 10/6 13/4 10/6 - 11/5 13/4 - 16/3 - 9/7 20/2 - - -
6 France Johann Zarco 133 8/8 20/2 10/6 20/2 - 6/10 9/7 8/8 7/9 9/7 7/9 - 6/10 2/14 11/5 10/6 - - -
7 Italy Danilo Petrucci 133 11/5 6/10 4/12 13/4 20/2 9/7 8/8 - 13/4 10/6 11/5 - 5/11 9/7 7/9 7/9 - - -
8 Spain Jorge Lorenzo 130 - 1/15 5/11 - 10/6 25/1 25/1 9/7 10/6 20/2 25/1 - - - - - - - -
9 Spain Álex Rins 118 - 16/3 - - 6/10 11/5 - 20/2 - 5/11 8/8 - 13/4 13/4 10/6 16/3 - - -
10 Italy Andrea Iannone 113 7/9 8/8 16/3 16/3 - 13/4 6/10 5/11 4/12 6/10 3/13 - 8/8 16/3 5/11 - - - -
11 Spain Dani Pedrosa 95 9/7 - 9/7 - 11/5 - 11/5 1/15 8/8 8/8 9/7 - 10/6 11/5 - 8/8 - - -
12 Spain Álvaro Bautista 83 3/13 - 1/15 8/8 - 7/9 7/9 7/9 11/5 7/9 6/10 - 7/9 - 8/8 11/5 - - -
13 Australia Jack Miller 74 6/10 13/4 7/9 10/6 13/4 - - 6/10 2/14 4/12 - - - 7/9 6/10 - - - -
14 Italy Franco Morbidelli 38 4/12 2/14 - 7/9 3/13 1/15 2/14 - - 3/13 - - 4/12 5/11 2/14 5/11 - - -
15 Spain Tito Rabat 35 5/11 9/7 8/8 2/14 - 3/13 - - 3/13 - 5/11 - - - - - - - -
16 Spain Pol Espargaró 35 - 5/11 3/13 5/11 5/11 5/11 5/11 4/12 - - - - - - - 3/13 - - -
17 Malaysia Hafizh Syahrin 34 2/14 7/9 - - 4/12 4/12 - - 5/11 2/14 - - - - 4/12 6/10 - - -
18 Spain Aleix Espargaró 32 - - 6/10 - 7/9 - - 3/13 - 1/15 - - 2/14 10/6 3/13 - - - -
19 United Kingdom Bradley Smith 23 - - - 3/13 2/14 2/14 - - 6/10 - 2/14 - - 3/13 1/15 4/12 - - -
20 Japan Takaaki Nakagami 19 - 3/13 2/14 4/12 1/15 - - - - - 1/15 - 3/13 4/12 - 1/15 - - -
21 United Kingdom Scott Redding 12 - 4/12 - 1/15 - - 4/12 2/14 1/15 - - - - - - - - - -
22 Mika Kallio 6 - - - 6/10 - - - - - - - - - - - - - - -
23 Czech Republic Karel Abraham 5 1/15 - - - - - 3/13 - - - - - - 1/15 - - - - -
24 Japan Katsuyuki Nakasuga 2 - - - - - - - - - - - - - - - 2/14 - - -
25 Italy Michele Pirro 1 - - - - - - - - - - - - 1/15 - - - - - -
26 Switzerland Thomas Lüthi 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
27 Belgium Xavier Siméon 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
28 Germany Stefan Bradl 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
29 Spain Jordi Torres 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
30 France Sylvain Guintoli 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
31 France Christophe Ponsson 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sacré Champion du monde à trois courses de la fin de la saison, Marc Márquez concède n'avoir eu qu'un point faible cette année : une épaule fragile, qui a fait des siennes précisément alors qu'il fêtait ce nouveau sacre, dimanche en bord de piste. L'image a fait le tour du monde : après avoir été félicité par Scott Redding, l'Espagnol a dû s'allonger au sol pour que ses proches remettent en place cette épaule gauche, qui a tendance à se déboîter un peu trop facilement depuis plusieurs années maintenant.

"J'étais très heureux, je suis arrivé là-bas, je ne savais rien des festivités prévues, j'ai fait des burn-out, j'étais hors de contrôle ! Et puis Scott s'est arrêté, je l'ai eu sur moi et j'ai senti quelque chose d'étrange… et mon épaule s'est déboîtée ! Je me suis allongé par terre et mon frère et José l'ont remise en place", raconte Márquez.

Lire aussi :

On avait déjà assisté à une scène étonnante lorsque l'Espagnol, après avoir chuté en essais en Autriche en 2016, avait remis son épaule déboîtée en place en bord de piste. L'incident est si récurrent que le pilote sait qu'il va devoir se pencher sur la question quand le championnat sera terminé. "Ça n'est pas la première fois. Ça a peut-être été mon point faible de la saison", avoue-t-il. "Pendant la saison, je l'ai déboîtée de nombreuses fois à l'entraînement, à la maison. Alors en décembre, il va falloir que je fasse un pitstop chez le Dr Mir et pour l'année prochaine ce sera parfait."

Jerez et Le Mans, le tournant du championnat

Márquez peut en effet juger qu'il s'agit là de son seul point faible du moment, car sportivement il a réalisé une saison quasi parfaite. En remportant le titre dès sa première balle de match, il a ajouté une huitième victoire au compteur d'une saison décidément très riche. "Quand je regarde [le championnat] et que je vois 20, 25, 20, 25… On essaye de travailler très dur pendant la pré-saison pour obtenir cette régularité", explique le pilote Honda.

"C'est ce que j'ai appris de Dovi l'année dernière, il a été très bon pour gérer les situations. Cette année, on a fait du très bon boulot avec le HRC et toute l'équipe. Parfois, je donne un peu plus à la moto et, parfois, c'est elle qui m'en donne un peu plus. Ce compromis fait que nous avons été très réguliers pendant toute la saison. Franchement, je n'ai été en difficulté qu'au Mugello. C'est la seule grosse faute que j'ai commise cette saison, mis à part ça j'ai réussi à être très régulier et ça a été la clé."

Le Champion du monde 2018, Marc Marquez, Repsol Honda Team

Parti à la faute lors du GP d'Italie, Marc Márquez n'y a pas marqué de points même s'il est parvenu à rallier l'arrivée. À ce score vierge s'ajoute celui de l'Argentine, où il a été pénalisé, et ce sont les seuls points noirs dans son parcours 2018, les autres courses lui ayant toutes valu de monter sur le podium.

Sa compétitivité a été complétée par les faux-pas de la concurrence, et en ce sens le printemps a été déterminant. "Dès la première course, j'ai vu que Ducati était la moto et l'équipe qu'il faudrait affronter pour le titre. Mais, ensuite, je crois que Jerez et Le Mans ont été les points importants : j'y ai gagné deux courses de suite, alors que Dovi et Lorenzo sont tombés et n'ont pas fait de beaucoup points. À ce moment-là, j'ai augmenté mon avance, or quand vous avez beaucoup d'avance tout devient plus facile. Ça a été la clé de la saison. Et puis bien sûr j'ai réussi à être rapide sur toutes les pistes. Quand j'ai eu une course difficile, je l'ai terminée deuxième ou troisième, c'était bon signe."

Lire aussi :

"Cette année, je me sens peut-être plus mûr, et on semble avoir commencé avec une moto déjà plus compétitive. L'année dernière, mes sensations avec la moto n'étaient pas très bonnes au début, je suis souvent tombé, or cette année j'ai essayé de gérer différemment et d'avoir un rythme régulier tous les week-ends, sur les différentes pistes. C'est un tout. Sans la moto, vous ne pouvez pas gagner, et sans l'équipe vous ne pouvez pas gagner. Je suis ici en train de fêter le titre, de parler avec vous [les journalistes], mais il y a beaucoup de personnes autour de moi. C'est ce que je dis : parfois la moto m'aide, parfois j'aide la moto, et parfois l'équipe nous aide moi et la moto, c'est le compromis le plus difficile à trouver."

 


MotoGP 2018 GP du Japon

P.   # Pilotes Moto Tours Temps Écart Intervalle km/h Abandon Points
1 93 Spain Marc Márquez Honda 24 42'36.438 162.2 25
2 35 United Kingdom Cal Crutchlow Honda 24 42'38.011 1.573 1.573 162.1 20
3 42 Spain Álex Rins Suzuki 24 42'38.158 1.720 0.147 162.1 16
4 46 Italy Valentino Rossi Yamaha 24 42'42.851 6.413 4.693 161.8 13
5 19 Spain Álvaro Bautista Ducati 24 42'43.357 6.919 0.506 161.8 11
6 5 France Johann Zarco Yamaha 24 42'44.462 8.024 1.105 161.7 10
7 25 Spain Maverick Viñales Yamaha 24 42'49.768 13.330 5.306 161.4 9
8 26 Spain Dani Pedrosa Honda 24 42'52.020 15.582 2.252 161.2 8
9 9 Italy Danilo Petrucci Ducati 24 42'57.022 20.584 5.002 160.9 7
10 55 Malaysia Hafizh Syahrin Yamaha 24 43'01.423 24.985 4.401 160.6 6
11 21 Italy Franco Morbidelli Honda 24 43'02.369 25.931 0.946 160.6 5
12 38 United Kingdom Bradley Smith KTM 24 43'03.313 26.875 0.944 160.5 4
13 44 Spain Pol Espargaró KTM 24 43'03.507 27.069 0.194 160.5 3
14 89 Japan Katsuyuki Nakasuga Yamaha 24 43'08.988 32.550 5.481 160.2 2
15 30 Japan Takaaki Nakagami Honda 24 43'14.156 37.718 5.168 159.9 1
16 10 Belgium Xavier Siméon Ducati 24 43'16.021 39.583 1.865 159.7
17 81 Spain Jordi Torres Ducati 24 43'16.277 39.839 0.256 159.7
18 4 Italy Andrea Dovizioso Ducati 24 43'19.136 42.698 2.859 159.5
19 45 United Kingdom Scott Redding Aprilia 24 43'26.381 49.943 7.245 159.1
20 12 Switzerland Thomas Lüthi Honda 24 43'29.145 52.707 2.764 158.9
21 50 France Sylvain Guintoli Suzuki 24 43'38.286 1'01.848 9.141 158.4
dnf 29 Italy Andrea Iannone Suzuki 14 24'55.602 10 Laps 10 Laps 161.7 Accident
dnf 17 Czech Republic Karel Abraham Ducati 12 22'38.296 12 Laps 2 Laps 152.6 Retirement
dnf 43 Australia Jack Miller Ducati 10 17'53.274 14 Laps 2 Laps 161.0 Accident
dnf 41 Spain Aleix Espargaró Aprilia 6 10'59.724 18 Laps 4 Laps 157.1 Retirement

 

Passé en tête du championnat à Jerez, précisément lors du carambolage dans lequel étaient tous deux impliqués les pilotes officiels Ducati, Marc Márquez n'a plus été rejoint au sommet de la hiérarchie et a continué à engranger de gros points qui, peu à peu, l'ont promis à un nouveau titre. Malgré le retour en force des Rouges cet été, et la remontée de Dovizioso au championnat, le nouveau couronnement du jeune Espagnol était attendu de tous.

"L'année dernière, ça a été beaucoup plus stressant", concède-t-il lui-même. "Je n'avais pas d'avance, la pression était plus forte et l'adrénaline a été différente quand j'ai remporté le titre à Valence. Je l'ai toujours dit : sur la dernière course, c'est différent. C'est beaucoup plus de pression, beaucoup plus stressant, l'adrénaline est différente."

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×